04 février 2006

Appel pour la construction d’un plaidoyer efficient des jeunes au cameroun

plaidoyer_2Chers amis jeunes,

Mesdames, Messieurs,

Relevant avec intérêt que le plaidoyer de la jeunesse doit être conduit par les jeunes et pour les jeunes, les autres partenaires jouant essentiellement un rôle d’accompagnement, de facilitation, d’appui et de conseil ;

Soulignant que tout projet doit nécessairement passer par une phase de conception (au cours de laquelle il est initialisé), une phase de maturation (au cours de laquelle il est exécuté et où doivent être mis en place les mécanismes et les structures pouvant assurer sa pérennité), et une phase d’appropriation (au cours de laquelle les principaux bénéficiaires doivent se saisir de l’initiative et en assurer la conduite de façon optimale) ;

Insistant sur le fait que le plaidoyer de la jeunesse ne doit pas être un placebo au regard des maux qui accablent la jeunesse camerounaise, mais qu’il doit viser des objectifs concrets et s’inscrire dans une démarche logique et cohérente susceptible de conduire à des résultats tangibles ;

Constatant la désaffection progressive des organisations de jeunesse réunies au sein du Projet DSRP-Jeunesse ;

Relevant avec regret le manque d’ouverture, le dirigisme des responsables affectés à la coordination dudit projet et la tendance générale du SeP à inscrire la participation des jeunes dans un suivisme exacerbé dans le cadre de ce Projet DSRP-Jeunesse ;

Relevant la tendance avérée du SeP à embrigader le plaidoyer de la jeunesse dans les seules limites et concepts du SeP (un peu comme s’il s’agissait d’une activité ordinaire du SeP comme la vente des carottes) ; son opposition marquée à toute velléité de renforcement du réseau des organisations de jeunes et à la mise en place de structures susceptibles de favoriser l’émancipation du mouvement ;

S’interrogeant en outre sur les objectifs réels du SeP quant à la survie du rassemblement et de l’action en faveur de la jeunesse camerounaise une fois le financement terminé ;

Arguant enfin que la prise en compte, l’organisation et la défense des intérêts de la jeunesse sont des préoccupations d’une telle importance que l’on ne saurait les dévoyer simplement par fidélité à une organisation somme toute respectable comme le SeP ;

De ce fait :

Nous, représentants d’organisations de jeunes réunis au sein du « Comité pour la réorientation du plaidoyer de la jeunesse » au Cameroun, avons résolu ce qui suit :

Le plaidoyer en faveur de la jeunesse se fera, mais il se fera avec les jeunes, et leurs points de vue ainsi que leurs approches seront désormais pris en compte.

Tout sera mis en œuvre et toutes les actions possibles seront envisagées pour l’obtention de résultats concrets et tangibles pour le bénéfice de la jeunesse camerounaise.

Une structure faîtière et des mécanismes de ralliement seront mis en place pour favoriser l’identification des jeunes avec le mouvement.

Le renforcement des capacités des organisations va se poursuivre.

La mobilisation de la base et l’établissement des réseaux d’alliance vont devenir la Priorité des priorités.

Demandons par ailleurs

·   Au SeP

De privilégier l’intérêt de la jeunesse camerounaise en recherchant avant tout l’impact dans toutes les actions à entreprendre et de ne pas se confiner dans une attitude quelque peu mercantile.

D’accompagner et de soutenir l’initiative des jeunes avec force et courage afin qu’un rendez-vous possible avec l’histoire ne soit manqué.

De comprendre que la présente initiative est absolument inédite au Cameroun et que sa conduite ne saurait par conséquent être calquée sur la conduite de quelque autre initiative dans le pays : une telle initiative exige courage, capacité d’anticipation, abnégation et dynamisme.

De favoriser la remobilisation et la remotivation des organisations de jeunes partenaires du Projet DSRP-Jeunesse et de ne pas freiner le renforcement organisationnel de la jeunesse camerounaise.

·   Aux organisations et regroupements de jeunes

De se saisir de leur rôle d’acteurs en ralliant l’initiative prise par le « Comité pour la réorientation du plaidoyer de la jeunesse ».

De comprendre et d’expliquer à la jeunesse camerounaise que la liberté est une conquête permanente et qu’elle n’est jamais une prime à la passivité.

De comprendre que toute forme d’assujettissement (d’où qu’elle vienne) est une insulte à l’intelligence de la jeunesse camerounaise et d’agir en conséquence en ralliant le « Comité pour la réorientation du plaidoyer de la jeunesse ».

De prendre immédiatement attache avec le « Comité pour la réorientation du plaidoyer de la jeunesse » pour de plus amples informations et d’être prêts à bâtir une vision commune.

·   À la coopération technique allemande-GTZ

De ne point faiblir et de soutenir encore et toujours le plaidoyer de la jeunesse au Cameroun.

·   A tous les partenaires de tous bords

D’accompagner et de soutenir la démarche de la jeunesse camerounaise.

Invitons

·   La société civile nationale et internationale

À comprendre le caractère citoyen de cette démarche et à soutenir par tous les moyens possibles cette initiative.

                                                                                                            Pour le Comité

§         Le Représentant du FODER : Ngonzo T. Rodrigue

§         La Représentante du CRASIC : Ngono O. Françoise Y.

§         Le Représentant de la FSPE : Owona N. Hubert

§         Le Représentant de la JECACP : Youmbi Bertrand

Posté par groupebellomar à 15:17 - Commentaires [4] - Permalien [#]

Commentaires sur Appel pour la construction d’un plaidoyer efficient des jeunes au cameroun

    réaction

    Cher amis, chers collègues,

    Avant de vous dire mon sentiment, permettez que je reprenne ces parole dignes de sens de notre frère et ami Jean-Jacques en réaction à notre appel du vendredi 03 février dernier pour la Réorientation du Plaidoyer des Jeunes. Il dit avec raison et force: "Le Cameroun est aujourd'hui une zone à risque à ciel ouvert pour les
    jeunes de tous les horizons. Mais ce pays nous l'aimons tous chacun à
    sa façon, chacun à son rythme...
    Chaque initiative en faveur de la jeunesse doit bénéficier de notre
    soutien et de notre appui massif et sans faille.
    Notre engagement, notre intérêt pour les politiques publiques a été
    réveillé par le Projet DSRP Jeunesse. Je reste persuader que la
    situation actuelle de ce projet n'est pas dûe à une démotivation. mais à une
    envie de voir plus de concretisation des discours...
    Notre motivation reste la même, celle des 1er jours. Celle de voir la
    Jeunesse Camerounais être prise en compte dans la formulation, la mise
    en oeuvre et le suivi/ évaluation des Politiques, Programme, Actions...
    entreprise par les partenaires au développement y compris l'Etat et le
    Gouvernement. "

    Je fais également souligner la remarque de Martial Bella depuis Douala qui indique la démotivation de l'ensemble des jeunes leaders de notre réseau depuis un certain temps.

    Je voudrais simplement vous dire la satisfaction du Comité pour la Réorientation du Plaidoyer des Jeunes car ceci montre notre volonté ferme à joue le rôle qui est le notre dans la construction de notrer avenir commun dans un pays que nous voulons plus receptif à notre immense potentiel. Ceci montre à juste titre que nous sommes les véritables garants des changements sociaux qui dans tous les cas vont survenir dans notre pays au bénéfice de la jeunesse que nous représentons. Vos réactions montrent à n'en point douter que nous sommes sur la même longueur d'onde et réclamons d'être présents à cet rendez-vous crucial que l'histoire nous donne aujourd'hui.

    Premièrement, nous tenons à vous dire toute notre adhésion à l'idée première qui consacre le projet DSRP_Jeunesse. Nous restons convaicus que ce projet a toute sa raison d'être. Nous restons persuadés que les jeunes avaient besoin d'un cadre idéal pour des concertations contructives pouvant leur permettre de constituer une contre mesure à même d'infléchir les politiques et programmes natioanux et multilatéraux les concernant.

    Je peux vous assurer avec la plus grande certirude que cela était le but véritable de ce projet à son origine. Seulement nous avons constaté avec vous que les jeunes sont restés assez marginalisés, sans véritablement être impliqués dans la conduie de ce projet qui leur pourtant destiné. C'st pourquoi, la plupart d'entre-nous ne réagissons plus aux appels de la coordination du projet.
    Or si le réseau qui a le don de nopus rassembler était bien structuré de sorte que même en province et dans nos départements, les jeunes soient actifs suivant un plan d'action qui les place au coeur de la gestion des activités, tout le monde se sentirait impliqué et continuerait l'action une fois reparti sur le terrain. Nous du CRPJ avons fait des propositions allant dans le sens de créer cette synergie nationale, de sorte qu'avec vous tous, nous planifions nos rencontre au SeP avec un ordre du jour communément arrêté sachant quel résultat nous (jeunes) voulons atteindre. Nous avons proposé que le comité que nous avions tous mis sur pieds soit plus autonome pour permettre un contact des jeunes avec les jeunes plus direct, mais toutes ces propositions ont été regardées comme un affront.

    Nous avons longuement discuté avec Heidi Schmittz notre spécialiste du plaidoyer que vous avez tous aimé et elle aussi est restée stupéfaite devant le refus d'ouverture de la coordonatrice du projet.

    Nous avons eu une séance de travail avec Monsieur Gerald Schmittz qui est resté très favorable à notre vision nous affirmant par ailleurs que telle était l'optique du projet à son origine et ensemble nous avions planifié une réunion tripartite entre le SeP, Lui n(pour la GTZ) et Nous jeunes.

    Une chose que nous tenons à vous faire savoir est que le projet DSRP-Jeunesse a une durée de vie limitée dans le temps et s'achèvera d'ici juillet au plus tard. La question est donc après cela que devenons-nous?

    Si nous ne prévoyons pas une appropriation de l'action que le projet aura mis en branle aujourd'hui de sorte que la struture permanente qui nous regroupera (le Réseau légalisé) nous permette de continuer le plaidoyer (un plaidoyer pour la jeunesse tout court) à quoi aura donc servi le projet DSRP-Jeunesse?

    Alors que nous avions fait la proposition au SeP qu'à l'issu des travaux du Comité de suivi que nous avions désigné à l'atelier de décembre, une nouvelle rencontre avec nous tous soit organisée afin que ce Comité fasse l'exposé solennelle de son travail et de ses propositions pour la suite, voilà qu'en réponse à notre appel, la Coordonnatrice vous informe du lmancement officiel du paidoyer par une conférence de presse ce 10 février.

    Nous notons que la planification de cette cérémonie qui exclut les quatres organisations du Comité de suivi qui ont abattu le gros du travail et qui souhaitent que les choses soient mieux envisagées est la preuve du refus d'ouverture de la Coordonnatrice du projet.

    Ceci montre aussi que avec ou sans nous ils veulent faire un plaidoyer qu'ils disent à notre nom. Car les structures soudainement prévues pour intervenir sur le plateau sont des organisations qui travaillent habituellement avec le SeP en dehors de nous depuis avant le projet qui nous interesse. Alorsd la question est: le plaidoyer est celui de la jeunesse pour les jeunes ou alors celui du SeP popur justifier le financement du projet qu'il coordonne?
    Car manifestement, il leur importe peu que nous soyons massivement mobilisés et qu'ensemble nous atteignions des résultats! le plus important pour eux est de respecter un calendrier afin de pouvoir dire au teme inévitable du projet:"voilà, le projet a été fait" au lieu de "voilà, les jeunes ont atteind tel résultat pour eux-mêmes"

    Nous disons encore que la conférence de presse prévue ce 10.02 est prématurée. Le Comité de suivi aurait dû avoir la possibilité de rencontrer de nouveau l'ensemble de nos organisations pour faire le bilan du travail accompli et ensemble, envisager la suite. Car chers amis, chers collègues, est-ce vous qui avez décidé du planning du plaidoyer que l'on vous impose aujourd'hui? ëtes vous suffisament imprégnés de la stratégie et de l'organisation de ce plaidoyer? nous du CRPJ disons NON pas du tout, vous n'avez pas été associés à l'élaboration de ce planning, mais pourtant ce plaidoyer est fait à votre nom!

    Merci de votre soutien
    Et nous en appellons aà la Coordination actuelle du projet pour plus de compréhension et d'ouverture et d'arrêter de courrir devant un échec si l'ensemble de nos organisation n'est pas impliqué véritablement à la gestion de cette action. car c'est à nous faire entendre notre voix avec leur appuis et celui des autres partenaires au développement tel que la GTZ actuellement.

    Pour le Comité pour la Réorientation du Plaidoyer,
    Bertrand YOUMBI
    Président de la JECACP

    Posté par Bertrand youmbi, 06 février 2006 à 15:07 | | Répondre
  • Bonjour
    Il ne s'agit pas d'un commentaire.
    Je suis le Président de l'Association Nationale Solidarité-Emploi pour le Cameroun (ANSEC) et je souhaiterais avoir les adresses E.mail de toutes les associations sérieues de jeunes que vous connaissez et qui peuvent participer bientôt à la création d'une importante société que ANSEC veut créer au niveau national avec les jeunes et pour les jeunes.
    A bientôt avec nos meilleures salutations

    Nos Email; associationsolidariteemploi@yahoo.fr
    ansec@francophone.net
    Président: "Thomas Bissang"
    tél.985 67 13
    Vice-présidente: Babouloul Jeanne

    Posté par ANSEC, 19 mars 2006 à 16:03 | | Répondre
  • encouragements

    vous dire tout juste mes encouragement par rapport ^à vos visions et missions.je suis intéresé par vos activités car étant dans une structure des jeunes qui s'occupe des jeunes infecté du vih basé à maroua( gic espoir pour demain de l'espoir "gic eden")

    Posté par saab, 26 mars 2009 à 15:25 | | Répondre
  • coach outlet

    thank you for your post!

    Posté par coach outlet, 26 décembre 2010 à 09:40 | | Répondre
Nouveau commentaire