plaidoyer_2Chers amis jeunes,

Mesdames, Messieurs,

Relevant avec intérêt que le plaidoyer de la jeunesse doit être conduit par les jeunes et pour les jeunes, les autres partenaires jouant essentiellement un rôle d’accompagnement, de facilitation, d’appui et de conseil ;

Soulignant que tout projet doit nécessairement passer par une phase de conception (au cours de laquelle il est initialisé), une phase de maturation (au cours de laquelle il est exécuté et où doivent être mis en place les mécanismes et les structures pouvant assurer sa pérennité), et une phase d’appropriation (au cours de laquelle les principaux bénéficiaires doivent se saisir de l’initiative et en assurer la conduite de façon optimale) ;

Insistant sur le fait que le plaidoyer de la jeunesse ne doit pas être un placebo au regard des maux qui accablent la jeunesse camerounaise, mais qu’il doit viser des objectifs concrets et s’inscrire dans une démarche logique et cohérente susceptible de conduire à des résultats tangibles ;

Constatant la désaffection progressive des organisations de jeunesse réunies au sein du Projet DSRP-Jeunesse ;

Relevant avec regret le manque d’ouverture, le dirigisme des responsables affectés à la coordination dudit projet et la tendance générale du SeP à inscrire la participation des jeunes dans un suivisme exacerbé dans le cadre de ce Projet DSRP-Jeunesse ;

Relevant la tendance avérée du SeP à embrigader le plaidoyer de la jeunesse dans les seules limites et concepts du SeP (un peu comme s’il s’agissait d’une activité ordinaire du SeP comme la vente des carottes) ; son opposition marquée à toute velléité de renforcement du réseau des organisations de jeunes et à la mise en place de structures susceptibles de favoriser l’émancipation du mouvement ;

S’interrogeant en outre sur les objectifs réels du SeP quant à la survie du rassemblement et de l’action en faveur de la jeunesse camerounaise une fois le financement terminé ;

Arguant enfin que la prise en compte, l’organisation et la défense des intérêts de la jeunesse sont des préoccupations d’une telle importance que l’on ne saurait les dévoyer simplement par fidélité à une organisation somme toute respectable comme le SeP ;

De ce fait :

Nous, représentants d’organisations de jeunes réunis au sein du « Comité pour la réorientation du plaidoyer de la jeunesse » au Cameroun, avons résolu ce qui suit :

Le plaidoyer en faveur de la jeunesse se fera, mais il se fera avec les jeunes, et leurs points de vue ainsi que leurs approches seront désormais pris en compte.

Tout sera mis en œuvre et toutes les actions possibles seront envisagées pour l’obtention de résultats concrets et tangibles pour le bénéfice de la jeunesse camerounaise.

Une structure faîtière et des mécanismes de ralliement seront mis en place pour favoriser l’identification des jeunes avec le mouvement.

Le renforcement des capacités des organisations va se poursuivre.

La mobilisation de la base et l’établissement des réseaux d’alliance vont devenir la Priorité des priorités.

Demandons par ailleurs

·   Au SeP

De privilégier l’intérêt de la jeunesse camerounaise en recherchant avant tout l’impact dans toutes les actions à entreprendre et de ne pas se confiner dans une attitude quelque peu mercantile.

D’accompagner et de soutenir l’initiative des jeunes avec force et courage afin qu’un rendez-vous possible avec l’histoire ne soit manqué.

De comprendre que la présente initiative est absolument inédite au Cameroun et que sa conduite ne saurait par conséquent être calquée sur la conduite de quelque autre initiative dans le pays : une telle initiative exige courage, capacité d’anticipation, abnégation et dynamisme.

De favoriser la remobilisation et la remotivation des organisations de jeunes partenaires du Projet DSRP-Jeunesse et de ne pas freiner le renforcement organisationnel de la jeunesse camerounaise.

·   Aux organisations et regroupements de jeunes

De se saisir de leur rôle d’acteurs en ralliant l’initiative prise par le « Comité pour la réorientation du plaidoyer de la jeunesse ».

De comprendre et d’expliquer à la jeunesse camerounaise que la liberté est une conquête permanente et qu’elle n’est jamais une prime à la passivité.

De comprendre que toute forme d’assujettissement (d’où qu’elle vienne) est une insulte à l’intelligence de la jeunesse camerounaise et d’agir en conséquence en ralliant le « Comité pour la réorientation du plaidoyer de la jeunesse ».

De prendre immédiatement attache avec le « Comité pour la réorientation du plaidoyer de la jeunesse » pour de plus amples informations et d’être prêts à bâtir une vision commune.

·   À la coopération technique allemande-GTZ

De ne point faiblir et de soutenir encore et toujours le plaidoyer de la jeunesse au Cameroun.

·   A tous les partenaires de tous bords

D’accompagner et de soutenir la démarche de la jeunesse camerounaise.

Invitons

·   La société civile nationale et internationale

À comprendre le caractère citoyen de cette démarche et à soutenir par tous les moyens possibles cette initiative.

                                                                                                            Pour le Comité

§         Le Représentant du FODER : Ngonzo T. Rodrigue

§         La Représentante du CRASIC : Ngono O. Françoise Y.

§         Le Représentant de la FSPE : Owona N. Hubert

§         Le Représentant de la JECACP : Youmbi Bertrand